La pandémie de Covid-19 : le symbole de l’impact de l’Homme sur la biodiversité ?

La pandémie de Covid-19 : le symbole de l’impact de l’Homme sur la biodiversité ?

16 mai 2020 1 Par Paula

Le Covid-19 ou le Coronavirus disease 2019 est une maladie due à un coronavirus. Ce virus a été identifié en Chine le 7 janvier 2020 et nommé SRAS-CoV2. Depuis le début de l’année, il s’est répandu à travers le monde et les cas confirmés sont répartis dans près de 213 pays. Son origine n’est pas encore confirmée. Néanmoins, que le virus vienne d’une chauve-souris ou bien d’un pangolin, ce qui est certain, c’est qu’il vient du monde animal et les activités humaines ont fortement contribué à son passage à l’Homme. S’agit-il de la revanche de la planète sur l’Humanité ?

Qu’est-ce que les zoonoses ?

La tuberculose, la rage, le paludisme et la toxoplasmose sont des maladies infectieuses qui ont une origine zoonoses. Il s’agit de maladies qui se transmettent de l’animal à l’humain. Depuis les dernières années, près de 75 % des maladies émergentes qui proviennent du monde animal comme l’Ebola, le Zika, le VIH, les grippes aviaires et le coronavirus. L’émergence de ces maladies est souvent associée aux changements environnementaux. Alors que ces derniers sont liés aux activités humaines, du changement climatique et de la modification de l’usage des sols.
En effet, la croissance humaine entraîne une utilisation plus intense des ressources de la planète. Ce qui entraîne la destruction des écosystèmes. En d’autres termes, la déforestation, l’élevage intensif des animaux et l’urbanisation modifient généralement l’équilibre entre les espèces. En outre, le réchauffement climatique pousse les animaux qui sont vecteurs de maladie à trouver des lieux d’habitation où ils ne vivaient pas avant.

Qu’est ce que le coronavirus nous apprend par rapport à notre rapport à la biodiversité ?

Cette pandémie met en exergue les conséquences néfastes de l’homme sur son environnement. Depuis de nombreuses années, l’humanité croit être en mesure de gérer les écosystèmes alors qu’il s’agit d’un système complexe. Les pathogènes dont les milieux ont été dégradés par l’action humaine entrainent le contact avec les animaux domestiques et l’homme. Le confinement a eu pour conséquence la diminution de la pollution. En effet, avec les déplacements restreints et l’arrêt de nombreuses usines, un peu partout dans le monde, on note aujourd’hui une baisse des émissions carbones et du réchauffement climatique. D’une manière ponctuelle, le confinement des hommes libère le reste des êtres vivants. Les poissons sont de retour dans les canaux de Venise, les dauphins s’aventurent dans le port de Cagliari et les oiseaux découvrent les villes sans danger.

Une autre épidémie est-elle à prévoir ?

La responsabilité de l’Homme est étroitement liée aux maladies émergentes. Il est donc nécessaire de repenser la relation de l’homme avec son environnement. Cette pandémie a été causée par les activités humaines qui ne respectent pas son environnement et l’écosystème de la planète. En effet, l’humanité est en train de détruire l’environnement qui lui fournit ses ressources. Ce qui peut engendrer d’autres épidémies dans les années à venir. Pour y remédier, il est important de respecter la nature, mais également les animaux qui partagent la planète avec nous.