MA SANTE EN UN CLIC

En quelques années, le réseau Internet a révolutionné nos modes de vie au point que de nos jours, lorsque nous souffrons d’un mal quel qu’il soit, notre premier réflexe est de consulter un site qui traite des problèmes de santé.

Si certaines personnes demeurent méfiantes, d’autres ont intégré l’outil Internet pour mieux se prendre en charge.

L’état lui-même se sert du réseau pour diffuser plus largement certaines actualités de santé publique.


L’enrichissement de ses connaissances santé

 

Que ce soit par le biais de magazine de santé virtuel ou par le biais de rubriques info santé, le réseau Internet permet d’enrichir ses connaissances.
Le but de cet enrichissement est de mieux comprendre un problème de santé, d’en savoir plus sur une pathologie nous touchant ou touchant un proche.
La quête de savoir en matière de santé permet aussi de se préparer à une visite médicale : les nouvelles connaissances acquises apportent un plus indéniable aux échanges entre patients et médecins ; les termes associés à une maladie, bien souvent très scientifique, ne sont plus étrangers à l’individu lambda et donc ce dernier peut mieux aborder certaines inquiétudes et fera plus attention à certains symptômes.
Au-delà des maladies, les sites de santé contribuent aussi à une amélioration du bien-être : les revues de santé ne sont pas avares de conseils et l’enrichissement de son savoir en matière de santé passe aussi par le savoir des saines habitudes de vie à adopter (notamment en matière d’alimentation).


Internet, outil de santé publique

 

Le web a permis de rendre accessible l’info santé au grand public : ceci n’a pas échappé à l’Etat qui utilise aussi cet outil pour diffuser des informations de santé publique.
Face à certaines situations comme des épidémies, le gouvernement a besoin de diffuser le plus largement possible des informations : ce renforcement de l’information publique passe par le web où l’on dénombre beaucoup de sites de santé.fr.
Outre le site du ministère de la santé (www.social-sante.gouv.fr ), l’actualité sanitaire et sociale est également reprise par différents sites : l’on peut parler d’un web santé qui permet une large diffusion des messages de prévention (par exemple en matière de vaccination) et d’alertes sanitaires (par exemple, alerte suite à des produits alimentaires à l’origine d’intoxication ou encore alerte suite au virus ZIKA…).

Le boom de l’e-santé

 

Par e-santé, on désigne l’utilisation des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) au service de la santé. Le terme santé étant compris au sens large, l’on englobe dans le terme e-santé tout ce qui attrait au bien-être. L’e-santé est en plein essor, l’on parle d’ailleurs de plus en plus de santé connectée.
Des objets connectés, des applications pour smartphones au service de notre santé se développent chaque jour un peu plus (en 2015, l’on comptait 100 000 applications et dernièrement, une application destinée aux personnes diabétiques était au cœur de l’actualité santé).
Face au boom de l’e-santé, le droit de la santé évolue également : l’Etat a dû s’adapter à certaines innovations (cf. législation sur le dossier médical personnel ou DMP) et doit encore s’adapter car bien que l’e-santé apparaît comme la solution moderne pour pallier à certaines difficultés du système de soins en France, il faut aussi apporter des réponses à des questions telles que la confidentialité des données (d’autant que les patients échangent parfois entre eux leurs résultats d’analyses). L’e-santé, qui permet en plus d’avoir votre santé magazine continuellement à porter de main, n’a donc pas fini de faire parler d’elle.