Qu’est-ce que la psychologie sociale ?

Qu’est-ce que la psychologie sociale ?

2 août 2019 0 Par Claude

Branche moderne des sciences humaines, la psychologie sociale allie psychologie et sociologie. Elle mise sur l’idée que tout être vivant se comporte différemment selon qu’il reste seul ou entouré d’autres individus.

Précurseur de ce mouvement

Précurseur de ce mouvement, Norman Triplett, un psychologue américain, publie une première étude issue de ses expériences en 1897, en abordant le phénomène de facilitation sociale (imitations et influences). En France, l’un des pères fondateurs se nomme Gustave Le Bon, un sociologue qui publie en 1895 un ouvrage sur la « psychologie des foules ». Il faut toutefois attendre 1900 pour que la psychologie sociale soit officialisée au Congrès international de psychologie de Paris.

La seconde guerre mondiale a malheureusement profité à ces recherches, des psychologues sociaux ayant étudié les effets de la persuasion et de la propagande pour l’armée américaine. Par la suite, de nouveaux sujets ont émergé : sexualité, thématiques multiculturelles, dissonances cognitives (contradictions internes). De nos jours, les sujets en vogue sont les préjugés sociaux, les normes culturelles, la santé et l’environnement ; mais les prochains se dessinent déjà (identité, genre, trans-humanisme).

Les expériences les plus remarquables

Parmi les expériences les plus remarquables et controversées de la psychologie sociale, la plus connue reste celle de la soumission à l’autorité. Cette expérimentation de laboratoire a été dirigée par le psychologue américain Stanley Milgram dans les années 60. Des individus volontaires s’y voyaient confrontés à une figure d’autorité donnant des consignes perçues comme immorales. 62,50 % des participants ont obéi jusqu’à la fin.

Autre exemple marquant : l’effet du témoin, phénomène psychosocial né d’une observation funeste qui a eu lieu à l’occasion d’un meurtre, en 1964. Cet effet, par la suite vérifié en laboratoire, démontre qu’en situation d’urgence, la responsabilité se dilue sur tous les témoins présents, diminuant le taux de réaction individuel.

L’expérience de Stanford est aussi très connue, proposée en 1971 pour évaluer l’impact de la situation carcérale. Des étudiants jouaient alternativement les prisonniers et les gardiens, mais ils se sont trop pris au jeu et ont dépassé certaines limites dans le traitement des autres participants (agressions et traumatismes émotionnels).

Les observations modernes de la psychologie sociale

Les observations modernes de la psychologie sociale s’opèrent de plus en plus sur le terrain et connaissent une certaine notoriété. Ce sont souvent des « expériences sociales » mises en place par des équipes de chercheurs. Dans un environnement public très fréquenté, des acteurs simulent une action (arrêt cardiaque, demande d’argent, maltraitance, etc.) pendant que les scientifiques analysent la réaction des passants.

D’autres applications sont également menées en cercle plus réduit, comme l’étude du comportement des enfants à l’école ou des salariés en entreprise. Tandis que certaines recherches se penchent sur des contextes plus larges comme la cause environnementale ou les préjugés raciaux. L’objectif est à chaque fois de mieux comprendre les mécanismes psychiques qui entrent en œuvre dans la prise ou l’absence de décision.

 

La psychologie sociale moderne apparaît ainsi en mouvement constant, au fil des multiples études réalisées. Les variables culturelles, idéologiques et sociales s’avèrent en effet nombreuses, offrant à ce courant de la psychologie une évolution très active.