Phytothérapie : pourquoi ça fonctionne ?

Phytothérapie : pourquoi ça fonctionne ?

15 octobre 2020 0 Par Stéphanie

La phytothérapie a été toujours perçue comme étant un art. Détrompez-vous ! Actuellement, les scientifiques et les pharmaciens commencent à l’intégrer dans leurs traitements, car ses résultats sont époustouflants. Cette médecine, aussi douce soit-elle, fonctionne sur plusieurs maladies. Curative ou préventive, la phytothérapie mérite d’avoir toute notre attention. Petit tour d’horizon.

Phytothérapie : c’est quoi ?

La phytothérapie se distingue de la médecine conventionnelle par son côté naturel. Quand on parle de phyto, on fait toujours référence au traitement à base de plantes. Son principal atout reste sans doute le fait que les risques d’effets secondaires sont quasi nuls, à condition de bien respecter le dosage prescrit.

Cette médecine naturelle est pratiquée par des phytothérapeutes. Les effets sont immédiats et sur le long terme puisqu’ils se penchent sur vos antécédents afin de vous donner un traitement qui vous correspond le mieux. Raison pour laquelle la consultation peut durer jusqu’à 2 heures. Outre cela, les phytothérapeutes renforcent leur traitement par des séances de bien-être, de sport ou de relaxation, pour que la phytothérapie en elle-même puisse maximiser ses effets bénéfiques.

Avantages de la phytothérapie

La phytothérapie est une pratique 2 en 1. Non seulement elle guérit beaucoup de maladies, mais elle sert également de prévention. C’est sur ce dernier volet que la phytothérapie bat son plein. C’est pour cela qu’elle connaît un franc succès auprès des patients malades.

Néanmoins, la phytothérapie divise les scientifiques, surtout au niveau des expérimentations. Ainsi, leurs véritables bienfaits tardent à être appréciés dans le monde médical, d’où l’utilisation de la phytothérapie en guise d’accompagnement des médicaments chimiques. Comme il a été vu précédemment, la phyto est à base de plantes. Elle peut alors se combiner parfaitement avec n’importe quel autre type de traitements.

Il est bon à savoir que la phytothérapie ne soigne pas toutes les maladies, notamment le cancer et l’infection urinaire. Toutefois, elle est fortement sollicitée pour éviter au maximum les effets indésirables liés au traitement chimique. En même temps, la phytothérapie va également jouer en rôle dans la prévention de la récidive et la décroissance médicamenteuse.

La phytothérapie sous plusieurs formes

Généralement, quand on parle de phytothérapie, on fait souvent référence à la bonne vieille tisane. Son efficacité est son principal atout. Certes, elle commence à ne plus être très pratique de nos jours. Mais pourquoi la tisane fonctionne-t-elle aussi bien en phytothérapie ? C’est dans la forme tisane qu’on retrouve toutes les substances actives d’une plante. Leur totum est ainsi bien mis en valeur d’où l’efficacité indéniable de la phytothérapie.

La phyto peut également être sous forme de poudre. Elle est également très efficace mais il faut faire très attention. En effet, ce ne sont pas toutes les plantes qui peuvent être transformées en poudre au risque d’attaquer le foie par la suite.

Outre cela, les formes sèches, comme les comprimés ou bien les gélules, commencent petit à petit à détrôner la tisane de par son côté pratique et son efficacité plus rapide. Bon nombre de plantes sont utilisés pour leur efficacité à atténuer les troubles de la ménopause. Sur ce, on peut citer : le ginseng, l’igname sauvage ou yam (Dioscorea villosa), le trèfle rouge (Trifolium pratense), l’achillée millefeuille (Achillea millefolium) ou le gattilier. N’oublions pas les fluides ou les huiles essentielles qui rappellent la fraîcheur de la plante en elle-même.

En décoction, la préparation se fera de la manière suivante : des morceaux de plante sont bouilli entre 10 à 30 minutes selon le type de plante.

Autre méthode plus simple, il s’agit de la macération qui consiste à ajouter la plante dans un liquide froid tel que l’alcool, le vinaigre ou l’eau durant plusieurs heures avant de boire le mélange filtré.